3 décembre 2017 - sloctin

un projet inter UPE2A autour de l’écriture d’un conte

Les élèves de deux UPE2A, celle du lycée Pierre Bérégovoy et celle de l’école Blaise Pascal, se sont retrouvés autour de l’écriture de contes. Après avoir découvert la trame de plusieurs contes traditionnels, ils se sont essayés eux-mêmes à l’écriture d’une histoire, avec des contraintes: elle se passe dans deux pays, à deux saisons différentes. Le personnage principal se heurte à deux « méchants », mais reçoit l’aide de deux personnages amis.

Les élèves de l’UPE2A de Blaise Pascal avaient découvert et plébiscité l’album Nuage bleu de Tomi Ungerer. Ils ont choisi un nuage gris comme héros de leur conte. Voici le récit de ses aventures:

Il était une fois un nuage gris qui était quand même gentil. C’était l’été en Syrie, dans le pays où il habitait. Il était toujours content car tous les hommes étaient amis. Un jour un serpent mauvais décida de fabriquer la guerre. Il piqua une partie des hommes. A cause du poison, ils devinrent fous. Partout, ils cassaient les maisons et tuaient des autres personnes. Le nuage gris et son ami le soleil de l’été regardaient la guerre. Ils étaient tristes et ils avaient peur. Alors le nuage eut une idée : il demanda au soleil de chauffer la peau et la tête des gens pour faire sortir le poison. C’était difficile, il fallait chauffer longtemps. Le soleil réussit, mais il avait vidé toute sa lumière. C’était l’automne en Syrie, mais il n’y avait plus la guerre. Les gens reconstruisirent la Syrie, avec une grande ville qui s’appela Nuagesoleilville.

Nuage gris dit au revoir au soleil d’automne et partit pour le Brésil. Il ne le savait pas, mais le serpent avait demandé à l’orage de le suivre. Le Brésil était tout vert, même quand c’était l’automne. Il y avait une belle forêt. Mais l’orage était comme le serpent, il n’aimait pas les belles choses. C’est pour ça qu’ils étaient amis. Il décida de brûler une partie de la forêt en y lançant la foudre. Les hommes blancs du Brésil n’étaient pas contents, ils pensaient que c’étaient les marrons qui avaient détruit la forêt. La guerre recommença au Brésil. Alors Nuage Gris dit : « Ça suffit. » Il appela le grand vent, qui était son ami, et il lui dit : « Va chez les hommes blancs, et souffle-leur très fort la vérité. » Le vent souffla la vérité aux hommes blancs. Il souffla aussi sur l’orage pour l’envoyer très loin, au milieu de l’océan où il ne pourrait rien casser. Les hommes reconstruisirent le Brésil, avec une grande ville qui s’appela Nuageventville. L’automne était fini, et maintenant c’était l’hiver au Brésil. Nuage Gris rentra chez lui en Syrie.

Les textes des contes ont été envoyés aux lycéens de la section « arts appliqués » du lycée Alain Colas. Touchés par Nuage Gris, ces derniers ont fait une belle surprise aux élèves de l’UPE2A de Blaise Pascal: réaliser une quinzaine d’albums différents en illustrant le texte de Nuage Gris.

Une matinée de rencontre entre les lycéens et les enfants a été dédiée à la lecture des contes et à des échanges oraux autour de leur contenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *